Sunday, December 25, 2016

«ANDY THOUGHT A LOT ABOUT JEWS» -BOB COLACELLO


Ah, Donald Trump et les minorités! Quel Monstre! Qui veut «purifier les États-Unis de ses minorités» comme je pouvais lire avec sidération quelque part pendant la campagne électorale. Or quel est le plus intéressant aspect dans tout ce débat entourant les minorités et la place de la soi-disante diversité? Simple: personne ne semble remarquer que les juifs sont selon les discours et les circonstances tantôt une minorité, tantôt membres du groupe des «méchants hommes blancs privilégiés». En effet, quand il s'agit d'évoquer au sens large les minorités, les juifs en font partie comme le font alors également, les gays, les noirs, les latinos ou les asiatiques. Mais lorsqu'il s'agit de dire que Hollywood ou Wall Street sont trop blancs par exemple, ou de parler de «white privilège», alors les juifs ne sont plus une minorité, et sont tout à coup amalgamés avec le groupe des hommes blancs sur-représentés et supposément hostiles à la diversité!  Or, suite à l'élection de Trump, qu'avons nous aujourd'hui? Steve Mnuchin, juif New-Yorkais, et ex de Goldman Sachs nommé par Trump secrétaire du Trésor. Egalement, la fille de Trump, Ivanka qui s'est converti au judaïsme orthodoxe en 2010. Puis, il y a le magnat juif des casino de Las Vegas, Sheldon Adelson, qui a donné 25 millions de dollars à la campagne de Trump comme il avait donné auparavant au candidat Républicain de 2012, Mitt Romney, pour qu'Obama soit battu, en raison de ses positions jugées insuffisamment en faveur d'Israel.  Ajoutons à cela la nomination de Carl Icahn, autre juif américain bien connu pour ses activités de «Activist Investor» à Wall Street, nommé depuis par Trump pour être conseiller spécial sur les questions relatives à la régulation de Wall Street.  

Comment pour la gauche, les juifs peuvent-ils selon les besoin de l'argumentation, passer de membres d'une minorité à celui de «méchants hommes blancs» issus d'une culture de white privilège, est la question la plus fascinante à analyser, lorsque l'on parle de la place des minorités, voire de cette idée de représentation proportionnelle à tout prix comme supposé progrès. Et devinez quoi, personne n'en parle! Faut le faire! Sheldon Adelson était chauffeur de taxi à Boston avant d'être la magnat des casinos qu'il est. White privilège? 

Mais il y a plus. Lors de la dernière  élection canadienne, le sous texte le plus important est que 62% du vote des musulmans est allé en faveur de Justin Trudeau plutôt que de rester divisé entre le NPD et le parti Liberal. Cela a alors permis de chasser du pouvoir Stephen Harper, soit le gouvernement le plus pro-Israel que le Canada ait jamais connu. Aujourd'hui, avec l'élection de Trump, c'est la frange de l'électorat juif la plus inconditionnellement partisane de la ligne dure envers les critiques d'Israël qui hérite d'un revanche inattendue, mais surtout du statut de véritables gagnants de la dernière élection américaine. De David Horowitz avec son site résolument pro-Israel, ( Front Page magazine) au nouvel ambassadeur des États-Unis en Israel nommé par Trump et qui comparait un jour les juifs de gauche aux collaborateurs juifs des nazis pendant la deuxième guerre, jusqu'à bien sur Benjamin Netanyahou qui n'a jamais caché son enthousiasme pour Trump. Donald Trump sans «minorités» dans son entourage? Riez fort! À quand la fin du silence total de la go-gauche sur cette question?

0 Comments:

Post a Comment

Subscribe to Post Comments [Atom]

Links to this post:

Create a Link

<< Home

Green Bags
Free Web Page Counters
Green Bags

raptiva

free counter
free counter